L'échappée rakugo

Les accessoires du rakugo :
l’éventail et le carré de tissu ténugui


(Temps de lecture : environ 3 minutes)

Un rakugoka ne se déplace jamais sans son éventail (sensu) et son carré de tissu (ténugui). Grâce à ces accessoires, il donne de l’emphase aux situations qu’il mime sur scène : devenir un samouraï qui dégaine son éventail-sabre ; manger un bol de nouilles avec son éventail-baguettes ; lire avec son ténugui-livre…

Quand on arrive au grade de futatsumé, on peut imprimer son nom sur son ténugui et s’en servir comme carte de visite ou comme petit cadeau à offrir…
L’éventail est toujours blanc mais le ténugui, lui, peut être décoré.
Certains conteurs gardent le même motif de décoration que leur maître, d’autres y impriment des animaux, des fleurs ou des éléments ayant un lien avec leur nom de scène.

Les utilisations les plus fréquentes du ténugui sont
      1. Le porte-monnaie
Fabriqué en tissu ou en cuir, les habitants d’Edo y glissaient leur monnaie et le pliaient en deux ou trois avant de le glisser dans la poche de leur kimono.
On ouvre son ténugui en deux, on en sort de la monnaie et on la donne à son interlocuteur : l’illusion est parfaite.

      2. Le kami-iré (littéralement « un range feuilles »)
C’est l’ancêtre du portefeuille d’aujourd’hui. On y range tout élément en forme de feuille de papier, dans des compartiments prévus à cet effet. Des billets, bien sûr, mais également des mouchoirs, des documents officiels, des cure-dents…

      3. Un livre
Ténugui dans la main gauche, on tourne les pages de la main droite et les yeux courent sur le carré de tissu pour donner l’illusion que l’on est en train de lire. Pour lire une lettre, les rakugoka utilisent plus naturellement l’éventail qu’ils ouvrent en grand.

Il est important de retenir que le ténugui n’est pas aussi présent dans la gestuelle que l’éventail. Le rakugo est avant tout un art de la parole et la présence d’accessoires ou d’éléments de mise en scène doivent être relativement minimes.
Le ténugui sert avant tout à s’éponger le visage.
C’est sa fonction la plus importante et on peut mesurer le talent d’un conteur qui s’essuie le visage en faisant croire au public que c’est le personnage qu’il est en train d’interpréter qui est en sueur.

La taille des éventails du Kamigata rakugo et du Edo rakugo, elle, est différente. Plus grande dans le Kamigata. Oui, il faut toujours que les excessifs gens d’Osaka – les Marseillais du Japon – en fassent plus que les autres (rires).

*Infos sur le ténugui tirées du manga Shôwa rakugo shinjû – Le rakugo ou la vie, en cours de traduction en français. Premier tome disponible en août 2021 chez Le Lézard Noir.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Les accessoires du rakugo : l’éventail et le carré de tissu ténugui
 (Temps de lecture : environ 3 minutes)

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

©Cyril-Coppini - All Rights Reserved